Wargames et Serious Games  

Si les jeux de plateau nous ont habitués à une conception très ludique des wargames, ceux-ci ont d’abord été conçus comme des outils d’entraînement et de planification. Les pays anglo-saxons en particulier ont développé une tradition de Serious Games (ou jeux sérieux), qui, loin d’être considérés comme de simples divertissements, sont vus comme des outils essentiels de formation et de prise de décision.

Aux Etats-Unis, il est d’usage de concevoir de telles simulations et les forces armées n’hésitent pas à s’en procurer auprès d’entreprises spécialisées. L’un des exemples les plus significatifs est celui de Gulf Strike, un wargame conçu par Mark Herman en 1983 sur un conflit dans le Golfe Persique. Au moment de la Guerre du Golfe, en 1990, le jeu est distribué aux officiers en charge de l’opération : c’est de ces séances que découleront leurs plans d’opérations.

En France, si les militaires conçoivent et utilisent régulièrement des wargames, il n’existe aucune tradition similaire à celle des Serious Games américains ou britanniques. Les acteurs français sont peu nombreux et dispersés, et aucune entreprise ne se spécialise dans les jeux sérieux. On note néanmoins, depuis quelques années, un intérêt croissant pour ces simulations et de nombreuses initiatives visent désormais à favoriser l’usage des wargames dans un cadre militaire. Au sein de l’Ecole de Guerre, il est ainsi prévu d’intégrer un jeu au Cours supérieur interarmes dans le cadre de la formation des officiers. D’autres organismes de recherche animent des ateliers wargames, à l’image de celui de Pierre Razoux à l’IRSEM.

Les initiatives viennent aussi du monde civil, comme l’Association pour la Recherche sur l’Epoque Contemporaine (AREC-Histoire), qui organise régulièrement des évènements réunissant militaires, étudiants et chercheurs. Comme l’exercice de Méthodologie d’élaboration d’une décision opérationnelle tactique (MEDOT), qui aura lieu le 31 mai à l’Ecole-Militaire : cet événement ouvert au monde universitaire vise à simuler, sous la supervision d’officiers supérieurs, une évacuation de ressortissants en zone de conflit. A cette occasion, les participants pourront s’initier à la prise de décision militaire, rencontrer des officiers et découvrir le site de l’Ecole-Militaire.

Les Serious Games intéressent aussi le monde civil (entreprises ou administrations publiques) car ils présentent l’avantage d’être des outils peu coûteux et utiles aussi bien pour la formation que pour l’aide à la prise de décision. Au Royaume-Uni, il existe ainsi une vraie synergie entre les acteurs militaires et civils et tous peuvent se rencontrer et échanger à l’occasion de Connexion UK, un événement qui rassemble concepteurs et utilisateurs des jeux sérieux de tous horizons. Une initiative similaire se développe en France, et le premier salon français des jeux sérieux, le Serious Games Forum, est prévu en novembre à l’Ecole-Militaire.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :