Et quelques Rafale de plus…

Initiées il y a plus d’un an, les négociations entre Dassault et le gouvernement égyptien pour l’acquisition d’un lot de douze Rafale supplémentaires, dont deux biplaces et dix mono­places, buttent encore sur la question du financement.

Rappelons qu’il s’agit d’une option prévue dans le contrat signé en février 2015 portant sur vingt-quatre appareils, dont onze ont déjà été livrés et ont participé en mai dernier à leur première mission opérationnelle (protection d’un raid aérien en Libye). Mais Le Caire, qui manque cruellement de liqui­dités, ne pourrait pas, cette fois, compter sur ses alliés Saoudiens et Emiratis pour faciliter le finan­ce­ment de l’opération. La prudence reste donc de mise, d’autant que l’Egypte peine à honorer ses engagements finan­ciers, suite à l’achat des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) déjà récep­tionnés.

A Paris, un groupe­ment bancaire se serait constitué pour garantir le volet financier de l’opération. Si elle se concrétisait, cette vente serait bienvenue pour l’avionneur français, qui l’espère après l’épisode belge et alors que les perspectives d’une seconde commande indienne s’éloignent.

Articles similaires :