Pluie d’étoiles

Comme à chaque fin d’année, la liste d’aptitude de l’armée de Terre est désormais connue. Parmi les 18 généraux de brigade inscrits pour le grade de général de division, on retrouve le général Benoît Durieux, l’actuel chef du cabinet militaire du Premier ministre. Ce légionnaire à l’esprit brillant, au parcours d’homme de cabinet (il a été la plume du général Georgelin puis adjoint-terre au cabinet mili­taire du MinArm), a commandé le 2REI et la 6BLB, avant d’être nommé à Matignon pour remplacer le général Lecointre, sur décision du Premier ministre.

On retrouve aussi le général Daniel Menaouine, actuel général adjoint cohérence du COM-FT, après avoir été notamment chef du cabinet du CEMAT puis chef d’état-major de la MINUSMA. Autre légionnaire inscrit, le général Thierry Marchand, qui a notamment commandé la 13DBLE avant de passer par la DGRIS, le cabinet de Jean-Yves Le Drian, la DRHAT et, dernièrement, de prendre le commandement des Forces Armées de Nouvelle-Calédonie (FANC).

Parmi ceux passés par l’Alat, on citera le général Gilles Darricau (adjoint au représentant militaire permanent de la France auprès du Comité militaire de l’Otan) et le général Olivier Bonnet de Paillerets, un ancien du 5RHC, au parcours original et aux compétences reconnues : passé par la Direction du Renseignement et la Direction Technique de la DGSE, il est revenu à l’EMA pour remplacer le vice-amiral Coustillière à la tête du Cyber commandement.

Autre inscrit, grand travailleur au parcours remarqué, le général Christian Bailly, un sapeur récemment nommé commandant Terre pour le Territoire national après avoir notamment été chef du bureau “infras” de l’armée de Terre. Toujours dans le génie, on citera aussi le général Christophe Abad, plus jeune chef de corps du 31RG (à 39 ans), puis sous-directeur des études et de la politique à la DRHAT, avant de passer par Matignon et, récemment, d’être nommé commandant en second de la 3Division (Marseille). Enfin, le général François Labuze, commandant les Ecoles de Coëtquidan, après avoir, entre autres, été aide de camp de Jacques Chirac et commandé la 9BIMa.

Parmi les colonels inscrits pour le grade de général de brigade, on citera le colonel Olivier Serra, commandant du Centre de transmissions gouvernemental, un organisme discret rattaché au SGDSN.

On retrouve aussi la «jeune génération» ayant fait ses preuves en Afghanistan, comme les colonels Jérôme Goisque, Pierre-Joseph Givre et Nicolas Le Nen. Mais aussi l’«Alpin» Hervé de Courrèges, le plus jeune de la liste, qui a commandé le 4RCh (GAP) avant de devenir «l’homme des Conseils de Défense» au SGDSN. Toujours dans l’orbite du SGDSN, le colonel Philippe Susnjara, ancien chef de corps de la 16BIMa et spécialiste de l’Afrique passé par le CPCO et l’EMA, aujourd’hui sous-directeur «affaires internationales» au SGDSN, en charge des questions de synthèse du renseignement. Une montée en puissance du pilier «Conseil de Défense» qui se confirme avec l’inscription, sur la liste de l’armée de l’Air (pour le grade de général de brigade aérienne), du colonel Stéphane Dupont, adjoint du colonel de Courrèges et qui le remplacera à l’été 2018.

Enfin, deux proches du CEMAT, les colonels Bruno Baratz (1er RPIMa), aujourd’hui chef du cabinet du général Bosser, et Yann Gravêthe, un sapeur ancien patron du Sirpa Terre et ancien chef de corps du 13RG, aujourd’hui en charge des relations extérieures de l’armée de Terre.

Du côté de la DGA, citons l’ingénieur général de 2classe (IG2A) Thierry Carlier, directeur-adjoint «affaires internationales, stratégiques et technologiques» au SGDSN, qui devrait être promu 1ère classe (IG1A) puis rapidement hors classe (IGHCA) puisqu’il va être nommé directeur du développement international de la DGA. Et l’ingénieur en chef de l’armement (ICA) Frédéric Valette, responsable du pôle «sécurité des systèmes d’information» de la DGA et rapporteur de la Revue stratégique de cybersécurité en cours, qui est inscrit pour le grade d’ingénieur général de 2classe.

 

Articles similaires :
Partagez ce contenu :