Tsahal veut séduire les Bédouins

L’armée israélienne a lancé une campagne en vue de recruter des Bédouins vivant dans le pays. Bien qu’officiellement citoyens israéliens, les membres de cette communauté ne sont pas astreints au service militaire et n’endossent l’uniforme que volontairement. L’objectif est de les former militairement pour qu’ils ne soient pas tentés de s’enrôler dans des organisations plus ou moins inspirées par l’Etat islamique.

Actuellement, la proportion de Bédouins qui acceptent de rejoindre Tsahal est jugée trop faible. Ses responsables ont donc mis en place une série d’incitations en faveur d’un service militaire d’au moins vingt-quatre mois. Parmi elles, figurent des réductions importantes pour l’achat de terres domaniales et une priorité accordée aux anciens militaires pour les appels d’offres de terrains à bâtir. Les réductions de prix pourront atteindre jusqu’à 90% dans le nord d’Israël et 50% dans les zones côtières du sud du pays.

Leur service militaire de vingt-huit mois comprendra une première session pendant laquelle les volontaires suivront des cours d’hébreu avant qu’un officier leur désigne leur affectation pour les vingt-quatre mois de service actif, qui s’achèveront par un dernier mois au cours duquel ils seront préparés à un retour à la vie active.

Par ailleurs, des bourses seront attribuées pour des études universitaires et des facilités seront accordées pour trouver un emploi grâce au département des ressources humaines de l’armée. Cet organisme récemment créé aide les vétérans des bataillons de patrouille dans le désert du Néguev et les unités de pisteurs dans lesquelles servent la majorité des Bédouins à trouver du travail dans des entreprises publiques, telles que la compagnie d’électricité, la police ou les chemins de fer.

«La possibilité pour certains d’étudier dans des universités israéliennes leur évitera d’aller s’inscrire dans des établis­sements jordaniens, où ils peuvent être l’objet d’influences néfastes», explique un officier. Selon lui, si l’armée israélienne ne les aide pas à rester «du bon côté», ces éléments risquent de tomber sous la coupe du Mouvement islamique, très influent en Israël, ou même de rejoindre Daech.

«Si un jeune Bédouin reste sous sa tente et que les seules personnes qui s’intéressent à lui sont des prédicateurs islamistes, il se tournera tôt ou tard contre nous. C’est pourquoi nous tentons de leur faire comprendre que la vie est meilleure avec nous», conclut l’officier de Tsahal.

Articles similaires :