Tsahal prépare sa révolution robotique

Un tiers des forces terrestres israéliennes seront activées en recourant à l’intelligence artificielle d’ici 2030 sous forme de véhicules autonomes, estiment les responsables du directorat de la recherche et du développement du ministère de la Défense. «Nous sommes en train de tenter de mettre au point un concept opérationnel nous permettant de combiner des plateformes humaines et des robots», ajoute un cadre dirigeant de cette institution.

Certaines missions jugées dangereuses seront confiées à des robots ainsi que les tâches répétitives qui nécessitent un haut niveau de concentration. «Notre objectif est que chaque système soit conforme au même standard et connecté au même réseau. Pour y parvenir, nous avons lancé des appels d’offres. Dans les trois ans, nous espérons disposer d’un véhicule blindé sans pilote capable de choisir sa trajectoire, ses objectifs, de prendre des décisions et d’attaquer», ajoute-t-il. L’armée israélienne projette aussi la mise au point de robots spécialisés dans les missions en espaces urbains pour procéder notamment à des fouilles de bâtiments.

En ce qui concerne les drones, les responsables israéliennes admettent les limites de leurs capacités et préfèrent se spécialiser dans l’aspect énergétique avec comme objectif de tripler, voire de quadrupler l’autonomie de vol. Parmi les pistes explorées, figurent la propulsion hybride et le captage d’énergie électrique de lignes à haute tension, ainsi que la mise au point d’un nouveau type de drone capable de mener des opérations logistiques en transportant des charges utiles pouvant aller jusqu’à 100 kg sur une distance de plusieurs dizaines de kilomètres ou de servir de stations relais pour les communications.

Articles similaires :