Thales Alenia Space et le Stratobus

Ce n’est déjà plus un projet sachant que le prototype du dirigeable géant Stratobus, conçu par Thales Alenia Space et Airstar Aerospace, sera construit en France, à l’abri du mistral, dans le plus grand hangar de la Base Aérienne 125 d’astres, avec un baptême de l’air envisagé pour la fin 2020 ou le début de 2021.

De quoi s’agit-il exactement ? Stratobus est un concept de plateforme stratosphérique autonome à mi-chemin entre le satellite et le drone HALE. Ce projet, sélectionné par le ministère de l’Industrie et du Numérique dans le cadre de la Nouvelle France industrielle, est en fait réalisé avec un ensemble de cinq industriels français et deux partenaires étrangers.

Prévu pour être commercialisé à partir de 2025, ce dirigeable lourd télépiloté de 5 à 7 tonnes et de 115 m de long se présente comme un engin novateur autonome multi-missions destiné à opérer durant cinq ans à une altitude moyenne de 20 000 m d’altitude, c’est-à-dire largement au-dessus des routes aériennes civiles très fréquentées et des effets perturbateurs du jet-stream dans une zone encore très peu utilisée de l’atmosphère terrestre.

La cible commerciale visée par l’industriel européen surtout spécialisé dans les satellites est à la fois le marché civil et le marché militaire, prioritairement dans les domaines des télécommunications et de la surveillance aérienne. Capable d’emporter une charge utile de 450 à 500 kg pouvant être faite d’un radar et d’un ensemble optique de 10 cm de résolution susceptible de procurer à un opérateur une capacité de surveillance tout-temps permanente sur 24 heures, Stratobus est alimenté en énergie par une partie de son revêtement fait de panneaux solaires.

Quatre à cinq Stratobus seraient susceptibles de surveiller en permanence de façon autonome une étendue de 1 000 km. La première application militaire envisagée de ce dirigeable par Thales Alenia Space est la surveillance de la bande sahélo-saharienne.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :