Syrie : les charters de Wagner

Surveillées par les services occidentaux, les SMP russes s’entourent des plus grandes précautions pour acheminer dans la clandestinité leurs renforts vers la Syrie. C’est depuis l’aéroport de Rostov que la compagnie aérienne syrienne Cham Wings, frappée par les sanctions américaines en 2016, achemine par des vols de nuit en A320 n’apparaissant sur aucun registre, hommes et matériels vers Damas et Lattaquié. Entre janvier 2017 et mars 2018, près de 51 vols transportant à chaque rotation près de 180 passagers ont été identifiés.

Par ailleurs, deux sociétés enregistrées en Ukraine et échappant aux sanctions, Khors et Dart, sous-louent leurs 84 appareils à tout un dédale de fournisseurs comme le géant irlandais ILFC, la société britannique Gresham Marketing installée aux îles vierges, la lithuanienne AviaAM, ou l’américaine JetPro. Elles procèdent ensuite au contrat de leasing vers Cham Wings.

Khors, dirigée par un ancien troupe de marine originaire de Vladivostok, S. Tomchani, est notamment connue pour ses vols de contractors vers l’Angola ou l’Irak. Mais 25% de cette société appartiennent également à un certain V. Suchkov, dont l’adresse personnelle correspond à celle d’un site relevant du renseignement militaire ukrainien, au n° 33 de la rue Elektrikov à Kiev.

La majeure partie des passagers de ces vols seraient des salariés du groupe Wagner, qui disposerait en Syrie d’au moins 3 000 combattants d’élite. Le suivi de certains de ces appareils par leurs systèmes anticollision depuis l’aéroport de Rostov a permis de les localiser jusqu’en Afghanistan, mais sans pouvoir établir de liens directs avec les opérations du groupe Wagner.

 

Articles similaires :
Partagez ce contenu :