Norvège : «la guerre qui approche»

En visite sur la base norvégienne de Værnes, hébergeant quelque 300 Marines, le patron de l’USMC s’est voulu alarmiste. «J’espère me tromper mais une guerre approche», a lancé le général Robert Neller devant ses troupes avant Noël. Alors qu’un de ses adjoints affirmait que le nombre de Marines stationnés en Norvège pourrait passer à 3 000 du jour au lendemain, Washington veut renforcer sa présence militaire sur place.

L’USAF vient ainsi de proposer d’investir 10,3 millions de dollars dans la base aérienne de Rygge, à 65 km au sud d’Oslo, pour pouvoir y placer quatre F-22 Raptor en cas de besoin. Selon Washington, aucune troupe américaine n’y sera stationnée de manière permanente.

Cette initiative inquiète l’opposition de gauche norvégienne. «Les entraînements des Marines à Værnes et le stationnement d’avions américains à Rygge vont accroître le risque d’actions contre la Norvège», a estimé le chef du parti Rouge, Bjørnar Moxnes. Les travaillistes, eux, regrettent le manque de transparence concernant les plans américains à Rygge. Le ministère de la Défense a indiqué consulter Washington et a promis que le Parlement serait informé normalement.

Parallèlement, la base de Rygge va être équipée d’un entrepôt pour moteurs de F-35. La décision a été prise le 21 décembre par AIM Norway, société publique chargée de l’entretien d’avions, dans l’espoir de décrocher un contrat pour l’entretien des F-35 qui seront basés en Europe. Des syndicats norvégiens s’inquiètent de voir ce marché échapper au pays au profit de l’Italie. Treize millions d’euros seront investis dans la construction de l’entrepôt censé être achevé en août 2019.

Articles similaires :