Libye : coordination entre groupes djihadistes

Le Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans — alliance composée d’une quinzaine d’organisations djihadistes du Mali, du Niger, du Tchad et du Soudan — s’efforce d’établir son sanctuaire dans le sud de la Tripolitaine.

Des chefs de ces organisations se sont récemment rencontrés en vue de renforcer leur coopération concernant l’échange d’informations, la surveillance des agents des services de renseignement occidentaux, la circulation des djihadistes dans les zones qu’ils contrôlent, les opérations d’enlèvement de ressortissants de pays occidentaux contre rançon et la sécurisation de certains points du littoral libyen, qu’ils contrôlent encore.

A cet égard, après la chute de Syrte, la ville de Derna est menacée par l’armée nationale libyenne. Selon ces sources locales, ont participé à la réunion Mokhtar Belmokhtar, chef des Almoravides, le Malien Iyad Ag Ghali, commandant du groupe Ansar Eddine, Hicham al-Achmawi, chef d’un groupe affilié à Daech, présent entre la Libye et l’Egypte, l’Algérien Djamel Okacha (alias Yahia Abou al-Hammam), émir d’AQMI, Amadou Kouffa, chef du Front de libération du Macina, et Abou Abd al-Rahman Al-Sanhaji, cadi d’AQMI pour la région du Sahara.

Par ailleurs, un navire a été arraisonné dans la nuit du 10 au 11 mars dans la zone interdite à la navigation, au large de Derna, et remorqué jusqu’au port de Ras Hilal. Venu d’Egypte, le bateau se dirigeait vers Brega, pour se rendre ensuite en Côte d’Ivoire. Le commandement de l’armée libyenne avait interdit la navigation sans autorisation préalable au large de la Cyrénaïque, de la frontière égyptienne à Aïn el Gazala (non loin de Tobrouk), afin de lutter contre le trafic d’armes destinées aux groupes djihadistes.

Articles similaires :