L’Egypte fait son show

L’Egypte prépare son premier grand salon d’armement, l’Egypt Defence Expo (EDEX), qui doit se tenir au Caire du 3 au 5 décembre. L’industrie française y sera largement représentée, même si les consignes de sécurité draconiennes imposées par le Quai d’Orsay sont perçues comme «très contraignantes», tant par les participants hexagonaux que par les autorités égyptiennes, qui assurent tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité de l’événement.

Côté contrats, faut-il s’attendre à des annonces ? Sur l’achat d’un lot supplémentaire de douze Rafale, si l’intérêt égyptien est réel, Le Caire ne disposerait pas, aujourd’hui, des lignes de crédits nécessaires au financement d’une telle opération. D’autant que le volet naval semble prioritaire : l’annonce de discussions en cours avec l’allemand Blohm+Voss, qui propose une variante de sa corvette MEKO «mieux équipée» que les A200 vendues à l’Algérie, est aussi un moyen de pression pour les Egyptiens, qui n’ont pas renoncé à l’acquisition de deux Gowind supplémentaires produites en France. Selon des sources locales, ils demandent notamment à Naval Group un effort en matière de prix, d’autant qu’ils espèrent pouvoir négocier avec les Allemands les mêmes avantages financiers que ceux accordés à Israël dans les contrats Dolphin 2 et Saar 6 (près d’un tiers du coût total financé par l’Allemagne).

Par ailleurs, sur le volume des transferts de technologies et de la charge industrielle, les Egyptiens souhaiteraient participer à l’intégration d’une partie des équipements du PSIM (Panoramic Sensors and Intelligence Module), le mât intégré regroupant l’essentiel des senseurs et moyens de communication, intégralement fabriqué à Lorient pour les quatre premiers bâtiments. Et si, au final, les Egyptiens, qui ne semblent pas pressés de conclure l’opération, finissaient par acheter les deux types de bâtiments ? Car leurs besoins en matière de corvettes puissamment armées sont bien réels, notamment pour la protection des champs gaziers en Méditerranée, les FREMM étant davantage dédiées à la sécurisation du canal de Suez.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :