L’année de tous les dangers

Le Kremlin ne pouvait pas rêver plus belle publicité. Antichambre pour les hauts fonctionnaires des postes à responsabilité au sein de la diplomatie et du renseignement américain, le Council for Foreign Relations (CFR) vient de jeter un pavé dans la mare.

Après avoir passé une décennie à rédiger des rapports annuels sur les acteurs qui menaçaient la sécurité des Etats-Unis, il vient de publier une étude sur le risque que les Etats-Unis représentent pour la paix et la sécurité dans le monde, y compris sur eux-mêmes.

La volatilité de la politique étrangère américaine pourrait en effet provoquer un conflit majeur en 2018, soit avec la Corée du Nord soit avec l’Iran. Un conflit qui dans les deux cas, en raison des jeux d’alliances, n’aura d’équivalent en termes de violences et de moyens que celui de la Seconde Guerre mondiale.

La remise en question des traités de non prolifération avec la Russie et l’alignement avec la politique israélienne, comme le retour en Afghanistan font craindre une attaque cyber ou terroriste de grande ampleur. Ces thématiques ont été diffusées dans la presse américaine, bien avant la sortie du rapport, par les anciens de l’administration Obama, à l’instar de l’ancien patron de la CIA, John Brenan, lui-même membre éminent du CFR.

En revanche, les conflits qui sont considérés comme ayant le moins d’impact pour les Etats-Unis sont ceux qui risquent d’en avoir le plus pour la France et sont soit localisés en ex-Yougoslavie soit en Afrique. Le rapport du CFR estime en effet que la situation va continuer de se dégrader dans la BSS comme dans la Corne de l’Afrique, que l’Egypte et ses alliés vont intervenir de plus en plus massivement en Libye, et qu’une nouvelle dégradation de la situation sécuritaire au Congo et en RCA est à craindre.

Mais surtout les sages du CFR alertent sur un risque imminent de sécession de la Corse, analogue à celui qui a agité l’Espagne cet été avec la Catalogne ! Si les capacités de discernement de Donald Trump sont violemment remises en question dans ce rapport, force est de constater que celles du CFR n’ont rien à lui envier.

 

Articles similaires :
Partagez ce contenu :