La livraison des S-300 (SA-20) russes à Damas aurait commencé

D’après le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, les premiers systèmes S-300 promis après l’attaque israélienne sur la côte littorale seraient arrivés en Syrie. Déployer deux bataillons de SA-20 nécessitera plusieurs rotations : chaque bataillon se compose d’un poste de commandement, de plusieurs véhicules de tir, des véhicules radars et des véhicules de soutien (ravitaillement, transport, etc.).

Cependant, entre jeudi et samedi, plusieurs observateurs ont noté une sur-activité de l’aviation de transport russe en Syrie avec trois rotations de gros porteurs An-124 russes de la 224e escadrille de vol (la «compagnie commerciale du ministère de la Défense» russe), passant au-dessus de la Caspienne, de l’Iran puis de l’Irak. La voie maritime est également utilisée par Moscou pour l’envoi de ses matériels : des navires de classe Ropucha ont déjà été utilisés, par le passé, pour transférer les systèmes sol-air stratégiques SA-15, SA-21, SA-22 qui protègent les emprises russes en Syrie. Pour le moment, le seul navire suspect est le cargo « Sparta III », arrivé à Tartous dimanche dernier.

La question de la localisation des SA-20 demeure cependant irrésolue : considérant la portée théorique maximale de prise à partie des cibles (240 km), on peut raisonnablement penser que les déploiements se feront majoritairement sur toute la zone littorale, à Homs, et sur les aéroports stratégiques pour Damas (Alep, Hama, voire Tiyas-T4).

Du reste, il n’est pas à exclure que la Russie profite de cet afflux de SA-20 pour en déployer vers l’enclave américaine d’Al-Tanf ou de Deir ez-Zor, au détriment de la coalition.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :