Cyber allemand : modernisation aux forceps

Une controverse agite les cercles allemands de la défense au sujet de la construction d’une nouvelle architecture de défense informatique et de cybersécurité pour la Bundeswehr. La Cour des comptes reproche au ministère l’emploi mal contrôlé de consultants extérieurs spécialistes de la question. En tout, 250 millions d’euros ont été dépensés pour 375 interventions sur les seules années 2015 et 2016. La Cour ne remet pas en cause le volume des dépenses mais l’insuffisance des appels d’offres.

Aujourd’hui, Klaus Hardy Mühleck, ancien patron du département cybersécurité et NTIC du ministère de la Défense, qui a quitté comme prévu son poste en septembre dernier, prend la parole dans les journaux allemands et fait part de ses craintes que le processus de modernisation enclenché ne s’enraye : «Mon souci est que le ministère retombe dans ses vieilles habitudes et que la numérisation de la Défense soit bloquée», explique-t-il dans le Handelsblatt en évoquant des dénonciations anonymes et des opposants au projet au sein du ministère, qui profitent du rapport de la Cour des comptes pour inquiéter les parlementaires et ralentir la modernisation.

«Dans l’informatique, on procède rarement sans faire appel à une expertise externe. L’industrie ne fait pas autre chose», souligne M. Mühleck : «Quand il est question de numérisation des processus, il y a peu d’entreprises qui possèdent la totalité de l’expertise nécessaire pour assurer seules la transformation. Il en va ainsi pour les ministères. Sans experts extérieurs, ils ne pourront pas mettre en œuvre les grands projets de numérisation», conclut-il en faisant référence à la réunion et modernisation de toutes les activités informatiques civiles et militaires de la Bundeswehr.

Déjà très avancé, «la mise en œuvre de ce programme est loin d’être achevée», poursuit Klaus Hardy Mühleck. Pourtant, suite au rapport de la cour des comptes, tous les contrats extérieurs ont été suspendus et certains députés demandent un contrôle de l’ensemble des contrats passés, préalablement à toute nouvelle autorisation.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :