Corée : le calme avant la tempête ?

La radicalisation du discours belliqueux de la Maison-Blanche à l’égard de Pyongyang ajoutée aux échanges diplomatiques entre Séoul, Tokyo et Pékin pour faire stopper le programme nucléaire nord-coréen, ainsi que la multiplication des exercices militaires américains tout autour de la péninsule pousseraient Kim Jong-un à réaliser un essai combinant vecteur et ogive thermonucléaire pour démontrer le caractère opérationnel de son programme nucléaire.

Plusieurs signes tendent à faire penser qu’un tel essai serait imminent. Des secousses sismiques de faible importance ont été détectées près du Mont Mantap, où s’est déroulé le dernier test nucléaire. Mais c’est un autre centre d’essais, celui de Punggye-ri, qui enregistre la plus grande activité. Alors que cinq tests ont déjà été réalisés au niveau du portail nord, les derniers clichés réalisés par les satellites commerciaux démontrent que personnels et véhicules s’activent au niveau du portail ouest. En outre la présence de matériel de forage et la hauteur des monticules de gravats démontrent que les travaux d’excavation destinés à aménager un nouveau tunnel de test sont sur le point de s’achever.

Mais se sachant observés, les Nord-Coréens pourraient également chercher à détourner l’attention avec des préparatifs d’essais souterrains pour sidérer la communauté internationale à la faveur des fêtes de fin d’année. Pour démontrer à la face du monde que la Corée du Nord est une puissance nucléaire, Kim Jong-un a en effet besoin d’un test atmosphérique. Il en a d’ailleurs fait le souhait le 22 septembre dernier.

D’autres clichés réalisés au cours du mois de novembre ont démontré une intense activité sur le chantier du nouveau sous-marin lanceur d’engins opérationnel, le Sinpo C, alors que Pyongyang dispose déjà d’un démonstrateur, et que les tests d’éjection du missile balistique russe KN-11 se poursuivent depuis juillet dernier.

Mais surtout, l’US Navy est convaincue qu’un tir depuis un sous-marin serait imminent en raison de la configuration à proximité du hangar du Sinpo C qui laisse penser qu’une mise à l’eau pourrait intervenir à tout moment. La Navy a initié mercredi dernier au Japon le déploiement de patrouilles au large de la Corée du Nord, des avions de renseignement EP-3E ARIES II de l’escadron VQ-1, depuis la base de Kadena à Okinawa.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :