Aster 30 Block 1 NT : de nouvelles capacités

ASTER 30La DGA a signé fin décembre avec l’OCCAR, maître d’œuvre du programme, le lancement de la conception du futur missile Aster 30 Block 1 NT. Une évolution qui permettra une mise à niveau de l’électronique de la munition conçue par MBDA, notamment son auto­directeur, avec le passage de la bande Ku à la bande Ka.

Si la taille de l’antenne et la portée ne changent pas, le missile gagnera en discrétion et pourra traiter plus tôt des cibles plus manœuvrantes et plus rapides. Ce qui se traduira, contre les missiles balistiques (dont la vitesse d’arrivée est proportionnelle à la portée), par une augmentation des capacités de l’Aster 30 face à des missiles d’une portée de 1 300 à 1 500 km (MRBM).

Face au “cœur de cible” traditionnel de l’Aster 30 (les missiles dans la catégorie du Scud B, d’une portée allant de 300 à 600 km), le Block 1 NT permettra une amélioration significative de l’empreinte au sol car l’inter­ception du missile plus tôt (et donc plus haut) accroîtra le périmètre du théâtre protégé au sol.

Une évolution capacitaire qui bénéficiera d’abord aux systèmes SAMP/T de l’armée de l’Air et qui constituera un atout de poids à l’export pour le consortium Eurosam (Thales et MBDA), notamment en Turquie et en Pologne, où l’Aster 30 conserve ses chances. Au vu des besoins polonais, cette évolution est même déterminante puisqu’elle permettra de proposer un système de protection efficace contre la menace de référence à Varsovie : les redoutables missiles Iskander M russes déployés à Kaliningrad. L’Italie, partenaire du programme, devrait signer dans la foulée pour ses propres systèmes.

Premier et seul système européen existant à être doté de telles capacités, l’Aster 30, même dans sa version actuelle, est un outil qui permet à la France de peser au niveau politique, industriel et opérationnel en matière de sécurité collective.

Articles similaires :