Armée de Terre : document de réflexion

En 1999, l’armée de Terre publiait son livre vert de «L’exercice du métier des armes – Fondements et Principes», dans un contexte de début de professionnalisation post-guerre des Balkans. Vingt ans plus tard, c’est une armée parvenue à la maturité de sa professionnalisation, aguerrie par les opex et remontant progressivement en puissance qui met à jour ce document fondateur en matière de réflexion sur le sens de l’action militaire.

«L’Alliance du sens et de la Force» est un document de réflexion écrit «par des soldats pour des soldats» qui se penche sur les fondements du métier des armes, en intégrant les évolutions récentes de la conflictualité : terrorisme militarisé sur le territoire national, hybridation des menaces, ruptures technologiques, interpénétration croissante des domaines civils et militaires, rôle politique du chef militaire et rôle militaire du décideur politique accrus, judiciarisation des opérations… Avec, en toile de fond, l’éternelle question de l’adéquation entre la fin et les moyens.

Ni belliciste, ni pacifiste, ni cynique, le soldat de France est ainsi l’héritier de la «longue tradition humaniste de la guerre juste». Celle qui appelle un nécessaire discernement et jugement moral dans le combat permettant de «canaliser» la guerre et de la «modérer». L’appropriation des valeurs et vertus militaires est nécessaire à une morale de l’action exigeante permettant au soldat de «discerner», de «décider» mais aussi d’«assumer».

Lieu de transmission des savoir-faire et du savoir être, le régiment occupe une place centrale dans cette préparation morale qui, couplée à un entraînement rigoureux, permet de décider et d’agir dans l’incertitude et l’adversité, par l’emploi d’une «force maîtrisée». Une réédition qui fait suite à celle en 2016 d’un autre document fondateur – «L’exercice du commandement» – et qui, pour le CEMAT, participe aussi à faire entrer de plain-pied l’armée de Terre dans la nouvelle LPM.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :