Allemagne : les tables rondes de la Marine

Après la Luftwaffe, qui a jadis organisé des échanges de personnel avec diverses entreprises du monde aéronautique et de l’armement, c’est au tour de la Bundesmarine de mettre en place des « Marine Round Table », structures destinées à ouvrir la voie à de telles collaborations. La Marine allemande, qui compte environ 16 000 postes, dont seulement 14 000 sont occupés, espère ainsi compenser en partie les déficits d’expertise dus au manque de personnel.

Ces tables rondes, organisées aux échelles régionales, ont commencé à réunir régulièrement des experts en recrutement de la Bundeswehr et de la Marine, ainsi que des représentants des entreprises ciblées, ceci afin d’étudier comment les entreprises peuvent «aider» la Marine en libérant ici et là des spécialistes sans pour autant freiner leurs activités.

Comme le formulait le chef d’état-major adjoint, le vice-amiral Rainer Brinkmann, lors d’une telle table ronde à Francfort : «Ce que nous voulons, c’est réfléchir à des coopérations et des échanges de personnel, qui ne vous feront pas mal mais qui peuvent nous aider.» La Marine se propose en retour de leur délivrer des formations supplémentaires qui seront utiles aux entreprises. Il est par exemple question de placer des techniciens de TKMS dans des sous-marins qu’ils ont construits, afin de les étudier cette fois-ci «dans la pratique». Des projets similaires sont évoqués avec des électroniciens mais aussi des mécaniciens de bateau.

L’idée est aussi de réactiver les contacts avec d’anciens techniciens de la marine passés dans le privé et de promouvoir certains salariés dans la réserve après la formation adaptée, et même si ces derniers n’ont pas accompli de service militaire. Ceux-ci pourraient être regroupés en un «pool» auquel la Marine pourrait faire appel en cas de besoin.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :