Allemagne : de coûteux consultants

Le ministère allemand de la Défense est actuellement aux prises avec les experts de la Cour fédérale des comptes qui investiguent une série de contrats passés entre le ministère et des cabinets de consultants extérieurs, selon des règles pas très claires et pour des montants un peu trop élevés.

L’appel croissant à ces ressources extérieures s’est intensifié lors de la dernière législature, notamment lorsque la ministre et sa secrétaire d’Etat à l’Armement d’alors, Katrin Suder (ex-McKinsey), ont décidé de remettre à plat les rapports opaques et complexes entre la Bundeswehr et l’industrie d’armement, ainsi que les procédures de commandes et de validation d’armements.

Si le ministère de la Défense dépense aujourd’hui environ 150 millions d’euros par an pour faire travailler des consultants, les contrôleurs fédéraux se sont concentrés sur l’analyse de 56 contrats passés avec des cabinets pour un montant de 93 millions d’euros.

Parmi les griefs amassés, ces derniers regrettent que de nombreux contrats aient été passés sans appel d’offres, sans que la nécessité de l’intervention soit justifiée sur le plan technique comme économique, ou alors avec des financements provenant d’enveloppes conçues pour bien d’autres dépenses. Pour la Cour des comptes, nombre de ces contrats sont illégaux. Le ministère de la Défense n’a pas encore fourni d’explication.

 

Articles similaires :
Partagez ce contenu :