Afghanistan : les Super Tucano au combat

Les grands médias internationaux rapportent en détails, en cet automne 2017, les opérations de guerre aériennes en Afghanistan — largement occultées par les opérations menées en Irak et en Syrie.

Or suite au retrait des forces occidentales de ce théâtre — après quinze années de lutte contre les talibans —, c’est au tour de la nouvelle aviation militaire afghane, formée par l’US Air Force (sur place et aux USA) de s’illustrer au combat. Les 19 et 20 novembre, dans le cadre de l’opération «Resolute Support», des raids de chasseurs légers A-29 Super Tucano armés de bombes de 125 kg, de paniers roquettes  et de mitrailleuses de 12,7 mm sont intervenus dans le nord de la province du Helmand pour y accomplir une suite de missions spéciales. Il s’agissait de frappes aériennes très ciblées (organisées avec le concours de la DEA américaine, sur le modèle de celles conduites par l’armée colombienne quand elle luttait contre les FARC) : détruire les laboratoires clandestins où sont produits l’héroïne et la morphine, base locale à partir de l’opium des champs de pavot afghans.

Menées de jour, ces frappes ont été prolongées durant la nuit par d’autres effectuées par des bombardiers B-52 et des chasseurs F-22 de l’USAF, avant le retour des Super Tucano afghans le lendemain. Au total sept «laboratoires» clandestins auraient été détruits à l’approche de l’hiver, privant ainsi les talibans de revenus destinés à financer leurs opérations de guérilla.

Comme il a été confirmé par le haut-commandement à Kaboul, ces frappes visaient à atteindre les talibans directement là où ça leur fait le plus mal : à la bourse.  La zone nord de la province de Helmand est celle où les talibans ont gardé, depuis les départs des forces terrestres de la coalition, le plus de liberté de mouvement et où les groupes rebelles se sont graduellement transformés en narcotrafiquants de grande ampleur. On estime à 4%, la quantité d’héroïne afghane qui, malgré les nombreux contrôles aux frontières, nourrit le marché américain… Le reste étant écoulé principalement en Europe et au Moyen-Orient. Détail notoire, conduites après la saison de la cueillette de la sève de pavot et une fois les paysans maigrement payés de leur labeur forcé, ces frappes ciblées ne visaient que les seuls trafiquants et leurs sites de raffinage identifiés, réduisant d’autant les risques de dommages colatéraux.

Une douzaine de A-29 afghans ont participé à cette opération «anti-narcotique», avec trois frappes dans le district de Kajaki, quatre dans celui de Musa Qalah et une dans le district de Sangin. Les Super Tucano appartenaient à la 201e Escadre aérienne de Kaboul et étaient la plupart pilotés par des pilotes afghans formés depuis 2016 au sein du 81st Fighter squadron de Moody AFB aux USA et aguerris sur place au sein du TAAC-Air allié (Train, Advise, Assist, Command-Air) sous la conduite d’instructeurs militaires US. La flexibilité d’emploi de l’avion brésilien a été remarquée et semble augurer de ce que les aviateurs afghans seront appelés à répéter dans le futur.

Articles similaires :