Vers la renaissance de l’aviation de chasse libanaise

Dans le cadre de l’aide militaire américaine au Liban, l’armée de l’air libanaise recevra l’an prochain une escadrille de six Embraer A-29 Super Tucano destinés aux opérations de surveillance air-sol de la frontière avec la Syrie voisine, pour prévenir les infiltrations des forces de Daech.

Les douze premiers pilotes libanais accompagnés de vingt mécaniciens ont débuté leur formation sur la base aérienne de Moody aux Etats-Unis, au sein du 81st Fighter Squadron de l’USAF, le seul à voler sur Super Tucano. On ignore si Riyad prendra part, comme initialement prévu, au cofinancement de ces avions, qui seront tous livrés en 2018 sous contrat FMS (Foreign Military Sales). Cette livraison a reçu l’aval du gouvernement israélien, acteur incontournable de la scène régionale.

Les A-29 libanais seront équipés d’une boule d’observation ventrale multifonction Brite Star II de Flir Systems, permettant la visualisation infrarouge et le guidage de bombes et de roquettes. En effet, en plus de ces six A-29, l’aviation libanaise recevra un lot de 2 000 roquettes Advanced Precision Kill Weapon System (APKWS) fourni par BAE Systems. Des engins guidés par laser de 5 000 m de portée. Ces A-29 Super Tucano seront d’un modèle identique aux douze machines livrées à l’armée de l’air afghane, c’est-à-dire avec une avionique israélienne et une cabine blindée, tels que ceux produits sous licence d’Embraer par Sierra Nevada Corp. à Jacksonville en Floride. dans le cadre du programme LAS (Light Air Support) de l’U.S. Air Force.

Rappelons que l’armée de l’air libanaise n’a plus d’avions de combat depuis le retrait en 1994 de ses cinq derniers chasseurs-bombardiers Hawker Hunter, et que ses seuls moyens aériens réels de combat résident en quelques hélicoptères, principalement de types SA 342 Gazelle, Bell UH-1H et IAR 330 Puma.

Articles similaires :