Syrie : l’ORBAT russe se renforce

MoskvaUne part non négligeable de la flotte russe de la mer Noire a fait, la semaine dernière, son entrée en Méditerranée avec la projec­tion symbolique et dissuasive de son fleuron le croiseur de classe Slava, le “Moskva”, doté des fameux missiles surface-air S-300P. Il serait accompagné de deux frégates de classe Krivak, d’un destroyer de classe Kashin, de deux bâtiments amphibies, le “Nikolay Flichenkov” et le “Saratov”, ainsi que de plusieurs patrouilleurs qui ont franchi récemment le détroit du Bosphore (lire l’article “Région Sud : le nouveau dispositif russe”).

Positionné au nord-ouest de la côte syrienne, le “Moskva” offre une capacité antiaérienne d’alerte avancée, complétant ainsi efficacement le dispositif de missiles sol-air courte portée positionné sur la base aérienne de Lattaquié. Il s’était illustré pendant la crise ukrainienne en retenant bloquée toute la flotte ukrainienne sous la menace de son feu. Deux frégates multirôles chinoises type 054, la “Linyi” et la “Weifang”, accompagneraient le groupe naval russe. Rappelons qu’au cours du seul mois de septembre, 18 bâtiments de guerre russes ont franchi le détroit du Bosphore.

Ainsi, Moscou n’en finit pas de surprendre les coalisés de l’Alliance atlantique. Située à 2 000 km à l’est de la Syrie, la flotte de la mer Caspienne a surpris le dispositif de veille mis en place par les forces djihadistes. Ce sont 26 missiles de croisière Kalibr-Nk visant onze cibles différentes qui ont été tirés en profondeur depuis la mer intérieure, à partir de la frégate de classe Gepard “Dagestan”, des corvettes de classe Buyan-M “Grad Sviyazhsk”, “Veliky Ustyug” et “Uglich”. Le Kalibr-Nk est une version évoluée du missile Klub qui a traversé à basse altitude le territoire iranien, puis irakien, démontrant, de fait, l’étendue de la coopération entre le Kremlin et ses alliés chiites.

Plusieurs vidéos diffusées sur YouTube tendent à démontrer qu’une base de Mi-24 est désormais opérationnelle à proximité de Homs, soit à 200 km du sanctuaire russe de Lattaquié, afin de réaliser des opérations anti-guérilla. La base de Lattaquié s’est vue renforcée, ces derniers jours, d’un dispositif de roquettes longue portée et de 26 avions de combat supplémentaires. Considérant désormais l’espace aérien syrien comme partie inté­grante de son premier cercle, trois drones Predator américains ont été interceptés en pleine opération de surveillance au-dessus de Raqqa, Alep et Kobané.

Mais surtout de considérables moyens de rensei­gne­ment électronique sont en cours de déploiement. Au moins un qua­drimoteur Ilyouchine 20M, doté de moyens d’imagerie optronique et radar SLAR mais surtout d’une forte capacité de recueil ELINT, vient d’arriver sur le théâtre syrien au profit de l’armée de l’Air russe. En parallèle, le 5 octobre la Marine russe faisait appareiller depuis Kaliningrad l’un des fleurons de ses navires de renseignement élec­troni­que, le “Vasiliy Tatischev”, long de 100 m et d’un déplacement de 3 500 tonnes. Il aura la charge de surveiller, grâce à ses moyens Elint et Comint, l’ensemble de l’espace aérien syrien.

La surveillance des communications adverses est, elle, assurée par le “Centre S”, situé près de la ville de Al-Hara et opéré par le service d’écoute du GRU, l’Oznaz, en coopération avec les renseigne­ments militaires syriens. Les carac­téristiques des antennes déployées semblent démontrer que les forces russes ne se contente­ront pas de surveiller le territoire syrien mais pourraient étendre leur moni­toring jusqu’au Golfe persique et Israël en appui des milices chiites.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :