Radar RBE2/AESA : une production soutenue

Radar embarqué le plus performant jamais produit en France pour un avion de chasse, le RBE2 à antenne active (AESA) de Thales représente ce qui se fait de mieux en Europe, avec le Captor-E du consortium Selex, un radar toujours en cours d’évaluation pour les nouvelles versions de l’Eurofighter.

Le RBE2 AESA, radar multirôle multicible très agile et à portée accrue, capable de fonctionner de manière nominale même en mode dégradé, est aujourd’hui produit à raison de deux exemplaires par mois, afin d’honorer prioritairement les commandes export du Rafale jusqu’en 2020, soit 84 avions. A ce jour, plus d’une soixantaine de ces radars restent à fournir à Dassault Aviation pour montage sur les Rafale EM et DM égyptiens (12 avions livrés sur 24 commandés), sur Rafale EQ et DQ du Qatar (24 avions à livrer avant fin 2019, dont deux déjà finalisés) et les Rafale EH et DH indiens (36 avions commandés livrables à compter de 2019).

Identiques aux Rafale F3, les plus récents en service en France (dit F3R), les Rafale export sont d’un standard adapté aux spécifications du client. Si les Rafale égyptiens sont identiques aux F3 français des dernières tranches, les avions pour le Qatar seront équipés du pod de désignation Sniper de Lockheed Martin et du viseur de casque israélien D-Dash d’Elbit. Les avions pour l’Inde du pod Litening de Rafael et de la bombe guidée israélienne Spice 250, en lieu et place du AASM. Le Rafale reste ainsi une plateforme ouverte aux équipements absents dans sa panoplie «made in France», comme le viseur de casque (HMD), qui constitue un manque criant de l’avis des utilisateurs.

Rappelons que la France a commandé 180 exemplaires du Rafale dont 148 ont été livrés : 48 C et 54 B pour l’armée de l’Air et 46 M pour la Marine. La commande d’une quatrième tranche de chasseurs devrait intervenir dans les années qui viennent pour arriver à 225 Rafale, dernier format défini par le Livre blanc de 2013. Les 45 Rafale supplémentaires devant permettre la transformation de deux escadrons de chasse encore sur Mirage 2000 et de compenser l’attrition jusqu’à l’horizon 2040, voire 2050. Afin d’équiper ces avions, plus de 130 radars RBE2/PESA ont été livrés pour équiper la première génération de Rafale (F1, F2 et F3), c’est-à-dire de la majeure partie des avions commandés par la France depuis vingt ans.

Les derniers Rafale mis en service (C/B/M) ont été équipés du radar RBE2/AESA, soit 32 avions, dont huit Rafale M. Les 28 radars AESA restants ne seront pas remis par Thales à Dassault avant 2020-2021, lorsque reprendront les livraisons de Rafale à l’armée de l’Air et à la Marine nationale. Ultérieurement, tous les avions français de la tranche 4 recevront des radars AESA dotés des nouvelles antennes IFF et ainsi la flotte française de Rafale se répartira, à terme, moitié-moitié entre avions équipés de radars PESA et AESA. Au total, Thales devrait produire environ 150 RBE2/AESA.

Soulignons que les avions les plus anciens ont maintenant presque tous été portés au standard F3. Le standard F4 est déjà prévu et devrait traiter toutes les obsolescences à partir de 2025, tout en apportant de nouvelles fonctions, notamment avec la nacelle de désignation Talios (ex-Damoclès NG) de Thales avec ses capacités vidéo en mode HDTV et sa portée jour-nuit d’environ 40 nautiques.

Pour le radar RBE2/AESA du Rafale F4, on peut citer en vrac l’introduction de nouvelles antennes en tuiles, une compacité accrue et l’introduction de composants durcis de nouvelle génération à base de nitrure de gallium (GaN) et de silicium-germanium (SiGe) d’une fiabilité augmentée. Restera à trancher la question du viseur de casque pour les pilotes français. Thales est prêt avec «Scorpion», basé sur la technologie de détection de posture hybride opto-inertielle HObIT, ce casque a la particularité d’être interchangeable entre pilotes, ce qui contribuera à réduire le nombre d’équipements nécessaires pour chaque flotte.

Articles similaires :