Profil adapté

Le général de corps d’armée Arnaud Sainte-Claire Deville a été nommé le 2 octobre directeur des relations institutionnelles France et Europe du groupe Nexter. Une nomination dans la continuité de la réorganisation impulsée par Stéphane Mayer visant tout d’abord à renforcer le pilotage des relations avec le client français, l’armée de Terre et la DGA.

Le général Sainte-Claire Deville, qui a dirigé l’Ecole de Cavalerie de Saumur et assuré le commandement des Forces terrestres (CFT), pourra ainsi compter sur son excellente connaissance de l’arme blindée. Il sera aussi chargé de renforcer la présence du groupe à Bruxelles, où il pilotera notamment les relations avec l’AED et l’ASD. Germanophone, sa connaissance de l’Allemagne et des relations franco-allemandes – il a servi et commandé au sein du 3Hussard en Allemagne, est diplômé de l’Ecole de Guerre de Hambourg (Fuhrungsakademie) et a commandé la BFA – seront très utiles à Nexter pour avoir une connaissance précise de ce qui se passe outre-Rhin. Particulièrement dans le cadre des travaux du groupe KNDS (dont il sera expert opérationnel auprès des deux co-présidents Stéphane Mayer et Frank Haun) sur les grands projets de demain, comme le char (MGCS) et l’artillerie du futur (CIFS).

Si les ministères de la Défense des deux pays réfléchissent parallèlement aux remplacements de leurs capacités à l’horizon 2030, Nexter et KMW ont entamé – au sein de KNDS – des travaux en franco-allemand sur ces programmes structurants pour l’avenir du groupe. Avec, par exemple, la perspective d’étendre le périmètre du MGCS au-delà du simple cadre franco-allemand. En effet, la plupart des pays européens vont devoir remplacer leur parc de blindés lourds à cette échéance, ce qui pourrait ouvrir la voie à un véritable programme européen.

Au-delà de ses programmes majeurs au long cours, la consolidation de KNDS s’écrit aussi au présent, avec, à plus court terme, des recherches de convergences et de complémentarités entre Nexter et KMW, qui, par exemple, ne dispose pas de filiale optro-optique ou NRBC. Ainsi, pourquoi ne pas installer des systèmes d’armes français sur la gamme de véhicules légers du groupe allemand ou encore doter les PzH-2000 (KMW) de munitions Nexter ? Citons également le «bac à sable numérique» dédié à la préparation de mission – le premier «produit KNDS» – qui sera à nouveau présenté à Orlando lors du salon ITSEC. Enfin, au-delà des besoins franco-allemands ou européens, KNDS travaille aussi à des réponses communes aux besoins exports, notamment sur le segment des véhicules médians (6×6 ou 8×8).

 

Articles similaires :