Le concept des EAE validé au Mali

Le Mali a permis à la Cavalerie de valider son concept d’emploi d’escadron d’aide à l’engage­ment (EAE). Des premières unités avaient eu l’occasion de tester le concept au Liban, mais il s’agissait alors d’un théâtre où les forces françaises sont engagées de façon moins offensive.

Au Mali, les cavaliers ont eu l’opportunité de fouiller le concept et de mieux se l’approprier. Preuve du succès, le  1er régiment étranger de cavalerie a projeté, en mai, deux escadrons, dont un EAE. Pour mémoire, l’EAE est constitué soit de trois pelotons de reconnaissance et d’interven­tion antichar (PRIAC) sur VBL avec Milan et un peloton d’appui direct (PAD) sur VAB T20-13 (canon de 20 mm), soit de deux PRIAC, un peloton antichar longue portée sur VAB HOT et un PAD.

L’idée de ces unités était de disposer de forces capables de préparer l’engagement du corps principal ou, au contraire, d’occuper des axes secondaires, pour laisser au «gros» des forces une complète liberté d’action vers l’objectif principal. Une des moti­vations du commandement était de sortir les ERIAC (escadron de reconnaissance et d’intervention antichar) des régiments de chars légers de leur concept d’interven­tion né pendant la guerre froide et de les amener sur une formule plus proche des emplois du contexte opérationnel actuel.

Les escadrons d’aide à l’engagement constituent aussi une réponse de la cavalerie pour adapter le format de ses unités à la réduction du nombre de chars moyens en ligne, AMX-10RC et ERC 90. Notons également que l’EAE dispose de moyens plus offensifs que son lointain cousin l’escadron d’éclairage (plus proche par ses moyens du domaine du renseignement au contact), grâce aux capacités d’agression offertes par les VAB T20-13 ou les VAB Hot. La difficulté, toutefois, pour les capitaines de ces unités est de réussir à former leurs personnels sur un spectre de métiers assez variés et, sur le plan tactique, d’utiliser des pions assez hétérogènes.

Enfin, en termes d’équipement, les EAE sont tributaires de moyens promis à une disparition assez rapide, notamment les missiles Hot, et ils devront attendre l’arrivée, en 2020, du VBAE (véhicule blindé d’aide à l’engagement), conçu comme le successeur du VBL (ou de l’AML-90), pour disposer de moyens peut-être plus adaptés à leurs missions.

Articles similaires :