Kongsberg rachète 49,9% de Patria

Walter QvamC’est loin d’être une fusion puisque les Etats finlandais et norvégien gardent la main sur les deux groupes impliqués, mais le rachat de 49,9% du capital du finlandais Patria par le norvégien Kongsberg a pour ambition de créer un ensemble complémentaire dont chaque élément pourra mieux rivaliser en Europe du Nord et au-delà.

Annoncée à 272 millions d’euros, l’affaire concerne aussi un troisième groupe, le norvégien Nammo, codétenu à parts égales par Patria et l’Etat norvégien. Avec un chiffre d’affaires brut cumulé de 1,42 milliard d’euros dans les activités de défense, cet ensemble n’est devancé en Europe du Nord que par le groupe privé suédois Saab.

Patria (2 800 salariés) est de loin le plus gros fabricant d’armes de Finlande, pays dont l’armée est le principal client. Mais il avait besoin d’un partenaire pour se renforcer sur les marchés étrangers, où ses véhicules blindés connaissent déjà quelques succès (le dernier contrat connu étant avec les Emirats Arabes Unis). Depuis le retrait d’Airbus Group de Patria, fin 2014, l’Etat finlandais cherchait ce partenaire.

Pour Kongsberg, dont la division défense (1 700 salariés) produit notamment des systèmes de missiles, il s’agit de renforcer ses positions en Europe du Nord et au-delà. «Nous prenons l’initiative dans le processus actuel de consolidation de l’industrie de défense», a expliqué son PDG, Walter Qvam, le 17 mars.

Quant à Nammo (2 000 salariés), il est spécialisé dans les munitions et les moteurs de missiles et présent dans onze pays.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :