Israël : nouveaux soupçons de pots-de-vin

Les soupçons de corruption à l’occasion des contrats de vente de trois sous-marins, produits par ThyssenKrupp, à Israël se renforcent. Le député d’opposition travailliste Erel Margalit a fourni au procureur général Avichai Mandelblit et à la police une série de témoignages sur le versement de pots-de-vin à des responsables officiels israéliens, dont des officiers, en vue de favoriser ces transactions.

Selon le député, des hommes politiques, dont Benjamin Netanyahu, pourraient être impliqués dans la mesure où David Shimron, l’avocat personnel du Premier ministre, a pris une part active dans la conclusion de ces contrats.

Parmi les matériels fournis par Erel Margalit, figurent, selon lui, des documents du groupe allemand sur des transferts illégaux de fonds qui ont eu lieu à partir de 2004. Le député a précisé qu’il s’était procuré ces documents lors d’une visite en Allemagne et dans d’autres pays. «Mes découvertes sur l’implication de responsables israéliens prouvent qu’aucune enquête sérieuse n’a été menée jusqu’à présent.»

Le député a présenté une pétition signée par plus 20 000 Israéliens à la Cour suprême pour obtenir qu’une véritable enquête criminelle soit enfin lancée. La plus haute instance judiciaire israélienne a fixé une audience au 1er mars et ordonné à Benjamin Netanyahu et à son avocat d’apporter leur réponse à la pétition. Selon plusieurs commentateurs, les soupçons sont à ce point sérieux que les deux contrats conclus avec le groupe allemand pourraient être annulés dans les prochaines semaines.

 

Articles similaires :