Les équipements du soldat du futur

Si, avec l’entrée en service du système Felin en 2010, le fantassin français a été le premier à être doté d’un système de combat de nouvelle génération opérationnel, la DGA planche déjà sur l’architecture du «fantassin du futur». Il s’agit notamment, dans le cadre d’études amont en vue de l’étape 2 de Scorpion, de rénover l’équipement du fantassin pour accroître encore davantage sa mobilité, ses capacités de détection et sa connectivité.

Certains équipements, présentés lors du défilé du 14-Juillet, sont encore au stade de démonstrateurs, comme l’exosquelette (pour le port de charges lourdes), le robot Minirogen de reconnaissance en zone urbaine, le nouveau gilet pare-balles modulaire (avec système anti-arme blanche et antennes radios intégrées dans les épaulières), la caméra Cat Eye ou la jumelle de vision nocturne connectée. Cette dernière, conçue par Thales et baptisée Bonie-D/IRR, sera notamment dotée d’un compas magnétique, permettant au combattant de se positionner et de suivre un cap, ainsi que de fonctionnalités de réalité augmentée. Son système de fusion d’image (infrarouge lointain et proche infrarouge) permettra de voir à travers la fumée ou le brouillard (décamouflage) et elle pourra recevoir ou émettre des informations, notamment pour faire de la restitution de mission vers un C2. La Bonie-D/IRR sera disponible en 2018 pour évaluation.

De son côté, Safran poursuit un travail global de miniaturisation des composants électroniques, notamment sur les futures optiques de fusils, qu’il s’agit de rendre plus compactes, tout en conservant leurs capacités multispectrales et leurs performances en termes de portée. A plus long terme, la DGA travaille sur des équipements futuristes, comme Caméléon (la cape d’invisibilité) ou les lunettes connectées à réalité augmentée.

Le combattant du futur ne devra pas pour autant ressembler à un «robot», à l’image du nouveau système russe Ratnik et son casque intégral : la DGA estime en effet que le contact avec les populations restant un élément essentiel de l’emploi de l’armée de Terre sur les théâtres d’opérations, le soldat français devra continuer à opérer «à visage découvert». A ce stade, deux équipements sont déjà en cours de livraison dans les forces : le nouveau fusil d’assaut HK-416 et le gilet tactique V1.3. Plus modulaire et allégé de 6 kg par rapport à la version précédente, ce dernier a déjà été livré à quinze régiments.

Articles similaires :