Les djihadistes ouïgours inquiètent Pékin

Plus de 3 000 djihadistes chinois ouïgours se battent actuellement en Syrie aux côtés de l’Etat islamique ou du Jabhat al-Sham, la branche d’Al-Qaida (anciennement Front al-Nosra), affirme un rapport du ministère israélien des Affaires étrangères.

La Chine estime, pour sa part, à 5 000 le nombre de combattants ouïgours. Cette présence massive inquiéterait au plus haut point les autorités chinoises, qui redoutent qu’une partie de ces combattants se livrent tôt ou tard à des attentats contre des représentations diplomatiques et des entreprises chinoises dans le monde.

Cette crainte serait à l’origine d’un récent rapprochement de Pékin avec le régime de Bachar al-Assad, alors que la Chine est restée longtemps très prudente à propos de la guerre en Syrie. «Les Chinois s’intéressent surtout aux renseignements que peut lui fournir Assad sur ces djihadistes ouïgours et, apparemment, ils souhaitent que le plus grand nombre d’entre eux soient éliminés en Syrie pour éviter leur retour chez eux ou leur dispersion dans le monde», affirme un responsable du ministère des Affaires étrangères. Récemment, Bachar al-Assad a reconnu une collaboration avec les services de renseignements chinois.

 

Articles similaires :