DCI : cap sur l’Amérique latine

DCIAprès avoir développé ses capacités de conseil et de formation vers le Moyen-Orient et l’Asie, DCI (Défense Conseil International) met le cap sur l’Amérique latine à l’instigation de son président Jean-Michel Palagos.

Fortes de l’expérience accumulée précédemment avec les équipages de sous-marins Scorpène chiliens et le soutien technique des Mirage 2000 brésiliens, les équipes de DCI se préparent le plus sérieusement du monde à mettre en avant leur savoir-faire dans plusieurs pays d’Amérique latine utilisant des matériels militaires d’origine française.

Présent pour la première fois à Expodefensa 2015 de Bogota, en Colombie, DCI y affichait ses prochains objectifs : la formation des premiers équipages de Scorpène brésiliens, ceux des hélicoptères H225M Caracal mexicains (pour la partie opérationnelle), sans oublier de futures formations à destination de l’armée colombienne ainsi que celle du Pérou, nouveau venu dans l’escarcelle de DCI.

Début décembre, Jean-Michel Palagos avait rencontré, à Lima, Jakke Raimo Milagro Valakivi Álvarez, le nouveau ministre péruvien de la Défense. Auparavant, en septembre, une rencontre avait eu lieu entre les chefs d’état-major des armées des deux pays à Lima, qui répondait aux vœux de Jean-Yves Le Drian de voir se concrétiser un rapprochement entre les ministères de la Défense français et péruvien.

Les premiers domaines dans lesquels DCI sera appelé à intervenir concernent la formation des jeunes officiers à los Chorrillos, le Saint-Cyr péruvien, celle des équipages d’hélicoptères H332M Super Puma ou encore les tireurs de précision… Pour Frédéric Bouilly, responsable du secteur Amérique latine chez DCI, plusieurs pays du continent sud-américain sont aujourd’hui demandeurs d’une assistance technique française.

Cela concerne en particulier les utilisateurs de bâtiments ayant précédemment appartenu à la Marine nationale : au Chili avec le LSDH-91 “Sargento Aldea” (ex-TCD “Foudre”) ou au Brésil avec le NAM G-40 “Bahia” (ex-TCD “Siroco”). Ce sera prochainement le cas de la marine de l’Uruguay, qui devrait prendre possession, à l’été 2016, du patrouilleur hauturier P725 “L’Adroit”, première corvette Gowind sortie des chantiers de DCNS, qui prendra la relève des trois avisos-escorteurs de la classe “Commandant Rivière” (acquis auprès de la France à partir de 1988 et retirés du service en 2008).

DCI espère retourner prochainement au Chili, où les équipages des deux premiers Scorpène en service, les “General O’Higgins” (SS-23) et “General Carrera” (SS-22), actuellement immobilisés en long chantier de rénovation et d’entretien, ne manqueront certainement pas de faire appel au savoir-faire de Navfco, pour profiter d’une remise en train opérationnelle, fruit des acquis les plus récents de la sous-marinade française.

Autres domaines dans lesquels DCI compte dispenser ses compétences en Amérique latine : la cyber-défense et les drones. Sans oublier le suivi et la formation afférents à une éventuelle revente l’an prochain à l’Argentine de Mirage F1CR ex-armée de l’Air ; des avions retirés du service à Mont-de-Marsan l’an passé arriveraient à point pour remplacer les derniers Mirage III/5 retirés du service fin novembre. Une solution transitoire qui devrait permettre à ce pays de ne pas se trouver complètement dépourvu d’avions de chasse supersoniques capables d’assurer sa défense aérienne.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :