Coup de jeune pour le “Jean Bart”

FREGATE JEAN BARTLa frégate antiaérienne “Jean Bart” est actuellement en arrêt technique intermé­diaire pour six mois (dont quatre au bassin) à Vauban, dans le port militaire de Toulon.

Les équipes du Service logistique de la Marine (entretien niveau 1 et 2) et celles de DCNS (entretien niveau 3 à 5) doivent réaliser près de 1 500 tâches, dont la réfaction totale de la carène, le contrôle des lignes d’arbre, l’entretien des hélices, la remise en état de la structure de la cheminée, qui présente des fissures, ainsi que l’échange standard de la coque sonar. Mais aussi l’amélioration des systèmes de communication avec les déploiements d’OMAR HF HD et RISE ainsi que l’installation d’une nouvelle veille optique infrarouge de type EOMNG. La caméra IR de la tourelle CT 100 sera, elle aussi, rempla­cée.

Ce bâtiment de la classe F70 pourrait encore rester en service une dizaine d’années, jusqu’à l’arrivée des nouvelles frégates antiaériennes.

D’octobre à février dernier, le “Jean Bart” a été la première frégate française à être intégrée pour une durée de trois mois au sein d’un groupe aéronaval américain. Signe de la qualité de ce bâtiment toujours performant en dépit de son âge, et de celle de son équi­page, le “Jean Bart” a rempli l’ensemble des missions de protection de l’USS “Carl Vinson”, à l’exception des défenses Tomahawk et balis­tiques de théâtre pour les­quelles il n’est pas équipé.

Pour l’US Navy, l’intégration poussée d’unités de la Marine nationale traduit deux préoc­cupations majeures : s’assurer des alliés capables pour les besoins diplomati­ques de coalition et compenser la baisse du format de la Navy.

Articles similaires :
Partagez ce contenu :