Attentat de Londres : le retex d’Al-Qaida

L’attentat perpétré le 22 mars dernier contre le Parlement de Westminster par un ressortissant britannique à l’aide d’un camion bélier avait été revendiqué par l’Etat islamique (EI) 24 heures plus tard. L’organisation d’ Abou Bakr Al-Baghdadi avait sobrement salué l’action menée par un «soldat de l’EI» qui avait ainsi «répondu aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition».

Or, sa rivale Al-Qaida s’est également appropriée la même action en se fendant d’un retex à vocation opérationnelle sur ce nouveau «cas d’école» djihadiste. Dans le numéro 5 de son supplément spécial intitulé «Inspire – Guide», rattaché à la revue historique du même nom d’Al-Qaida dans la Péninsule arabe (AQPA), les membres de son organe de communication, «Al-Malahem media», analysent les caractéristiques de «l’opération du Parlement britannique à Londres» et en tirent ses meilleurs enseignements.

Le choix et le timing de la cible, le mode opératoire – la «transformation d’un matériel civil en arme» –, mais surtout la détermination de son auteur, «la marque de fabrique du combattant solitaire», en font, associés, la combinaison gagnante. Un modèle du genre que les éléments d’AQPA recommandent de méditer, en conseillant, plutôt que «perdre du temps à se procurer l’arme la plus puissante, de trouver son arme suffisante au regard des objectifs et des autres facteurs de succès».

Les signataires de ce document, «l’équipe du guide pour le djihad solitaire», avaient déjà fait l’exercice sur d’autres attentats, dont celui de Nice, où un même mode opératoire avait été utilisé, qui avait été également revendiqué – tardivement – par l’EI. De quoi confirmer la dynamique de récupération que l’EI ferait de ce type d’actions isolées, non commanditées directement par ses membres, qui servent à l’EI autant qu’à sa rivale Al-Qaida.

Articles similaires :