Allemagne : la tentation F-35

Selon l’agence Reuters, la Luftwaffe a demandé à Lockheed Martin de lui fournir de plus amples informations techniques sur son chasseur F-35 et ses différentes versions.

D’après le courrier envoyé par le département Planification de l’armée de l’air, le gouvernement allemand n’a, pour l’instant, accordé aucune autorisation ni même manifesté l’intention d’acheter le chasseur américain. Tout de même, les données concernant certaines capacités au combat aérien du F-35, son système de gestion des informations et son système de capteurs intéressent les Allemands, qui prévoient de prendre une décision en faveur d’un avion de cinquième génération entre 2025 et 2035.

Selon la lettre de la Luftwaffe, le ministère de la Défense envisagerait cette démarche auprès de Lockheed Martin, afin de pouvoir réaliser «une étude approfondie des solutions offertes par le marché». L’envoi formel d’une «Letter of Request» serait prévu dans les mois à venir. Certains experts allemands de la question ont rappelé que la Luftwaffe ne cherche pas de remplaçant à l’Eurofighter mais seulement au Tornado, dont le successeur devra pouvoir jouer le rôle d’un Advanced Command Fighter, c’est-à-dire être capable d’engager un combat mais aussi de servir de «plateforme de coordination» pour des drones.

Selon ces experts, l’intérêt actuel pour le F-35, déjà commandé par onze pays, ne présage, pour l’instant, pas d’une quelconque intention d’acheter l’appareil américain, opérationnel mais excessivement cher. Mais il prouve l’intérêt de l’armée de l’air pour cet appareil et, s’il se concrétisait par des commandes, pourrait porter le coup de grâce à un éventuel projet de futur avion de combat européen.

Dassault semble avoir pris la mesure du problème et a récemment ouvert un bureau de représentation à Berlin… Et d’ici 2022, les gouvernements français et allemand devront faire un choix : laisser aux Etats-Unis le monopole des avions de combat, ou maintenir en Europe une capacité d’une autonomie…

Articles similaires :